Test : Bianchi Aria E-roand vs Orbea Gain M30

Un vélo de route électrique est essentiellement un vélo de haute performance. Il intègre son système d’entraînement électrique dans son apparence et, pour la plupart, roule comme un vélo de route rapide et léger. Un certain nombre de grands constructeurs ont sorti de telles machines au cours des deux dernières années, destinées vraisemblablement aux acheteurs à la recherche d’un peu d’aide en cas de besoin sans avoir à abandonner la sensation de vitesse et d’efficacité dont jouissent les motards sportifs de loisir.

S’il y a un thème commun parmi les vélos de route électriques, c’est qu’ils sont suffisamment élégants pour passer, en un coup d’œil, pour un vélo ordinaire. La batterie est cachée dans le cadre et le bloc moteur conçu pour la furtivité.

Différences de cadre

Équipés du même système d’entraînement ebikemotion X35, les deux vélos offrent une expérience d’assistance motorisée presque identique, mais sont par ailleurs étonnamment distincts. Mis à part le schéma de peinture, et la livrée Celeste de Bianchi flottera sur de nombreux bateaux de traditionaliste, la différence la plus évidente réside dans le dégagement des pneus disponible.

Voici une vidéo en anglais présentant l’Orbea :

Là où l’Aria e-Road est un vélo de route conventionnel rigide en carbone, avec un dégagement pour les pneus de 28 mm montés mais un peu plus, le Gain d’Orbea a suffisamment de place pour du caoutchouc gras de 40 mm et pourrait même être considéré comme un vélo e-gravel. Il y a aussi beaucoup de place pour les garde-boue, bien que seule la fourche ait des œillets filetés pour les séjours; l’arrière ne le fait pas.

Le Gain est toujours le plus polyvalent des deux, et par une certaine marge le plus abordable. Il n’est pas évident pourquoi il y a un écart de prix si important. Alors que l’Orbea porte le dernier groupe 105 à 11 vitesses Shimano et que l’Aria obtient l’Ultegra, ils sont tous deux dotés de cadres entièrement en fibre de carbone, agencés pour abriter le système d’entraînement, soutenus par des composants de guidon décents et des essieux compétents.

Composants

L’Orbea roule sur des jantes Mavic Aksium et des pneus tubeless Yksion. La roue avant est un disque Aksium standard, tandis qu’à l’arrière, le moyeu ebikemotion est inséré dans une jante Aksium à 32 trous.

Plusieurs des rayons de la roue arrière sont suffisamment courts pour montrer du fil au-delà de leurs écrous, ce qui, étant donné que la roue était assez vraie, suggère qu’elle a été construite avec des longueurs de rayons incohérentes. De plus, le choix d’un laçage croisé semble optimiste pour une assistance de puissance de transmission de roue arrière à frein à disque.

Il n’a pas eu beaucoup de chance de démontrer sa durabilité, car le vélo était équipé d’un frein avant gauche. Il est facile d’oublier après quelques kilomètres que l’on roule, les freins sont mal réglés, avec des conséquences potentiellement mortelles, et il n’est pas trivial d’échanger les flexibles hydrauliques, votre revendeur Orbea pourrait le faire pour vous si vous ne l’avez pas fait.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.